[Recherche] Etude de validité du capteur de puissance Stryd

Juil 1, 2022 | Blog

La data dans le sport est de plus en plus présente grâce aux progrès technologiques et à l’émergence de nombreux outils de mesure. Découvrez l’étude sur le capteur de puissance Stryd qui a pour but de valider les données mesurées par celui-ci.

Validité du capteur de puissance Stryd dans l’estimation des paramètres de courses à vitesses sous-maximales

Les premiers capteurs de puissance ont été développés pour le cyclisme. Concernant la course à pied, le capteur de puissance Stryd est un pionnier. Il permet de mesurer entre autres la puissance délivrée (PO), le temps de contact (GCT) la raideur de la jambe (LSS), l’oscillation verticale, le dénivelé et la distance. Bien que la validité de certains de ces paramètres ait été étudiée, celle des mesures de PO et de LSS reste à être explorée.

De ce fait, nous avons comparé les mesures de PO, GCT et LSS à des mesures de référence acquises via un analyseur portable d’échanges gazeux, des plateformes de force et un système de capture du mouvement.

Etude_stryd_hypothèse

Méthode de l’étude

Six coureurs amateurs ont participé à l’étude, chacun d’eux équipé du capteur de puissance Stryd. Le protocole consistait à réaliser un test à vitesse incrémentale de détermination de la vitesse maximale aérobie (VMA) sur une piste équipée de plateformes de force et d’une zone de capture du mouvement. La puissance mécanique externe ainsi que la raideur de la jambe ont été calculées à partir des plateformes de force et du système de capture du mouvement. L’analyseur portable d’échanges gazeux quant à lui a été utilisé pour des mesures de la consommation d’oxygène au cours de l’effort.

Etude_Stryd_Méthode

La lettre a représente la ligne de départ, b est une cellule photoélectrique permettant un redémarrage de l’enregistrement des plateformes de force avant chaque passage, c sont deux modules de capture du mouvement contrôlés par une table de contrôle d, e représentent des cônes positionnés tous les 20 m. Enfin, FP représente la zone d’enregistrement des plateformes de force.

 

Résultats

1. Energie métabolique consommée et puissance mécanique externe 

Après avoir vérifié la validité des mesures de référence au regard des données issues de la littérature, le capteur de puissance Stryd a montré des relations linéaires entre la puissance mécanique externe du capteur Stryd et l’énergie métabolique consommée pour chaque participant. Ces résultats confortent la validité des mesures relatives de PO jusqu’à VMA.

2. Puissance mécanique 

Une première analyse descriptive des puissances mécaniques estimées par le capteur Stryd et celles calculées à partir des plateformes de force a montré une erreur proportionnelle à l’augmentation de la vitesse de course (les différences en PO normalisées par coureur variant de 38% à 60%). Néanmoins, en moyennant les mesures à l’échelle du groupe, une relation fortement linéaire a été observée entre les puissances calculées via les plateformes et celles du Stryd.

Les valeurs absolues de puissance ont montré des différences entre les deux systèmes de mesure. Par ailleurs, les différences en valeur absolue et l’erreur proportionnelle avec la vitesse de course et par conséquent, avec la puissance mécanique sont observées sur la représentation graphique de l’analyse Bland-Altman.

Au-delà des comparaisons de puissance moyenne, l’analyse statistique par modèle linéaire mixte a confirmé la sous-estimation de la puissance estimée par le Stryd, ainsi qu’une hétérogénéité des mesures de puissance avec l’augmentation de la vitesse.

 3. Temps de contact 

Concernant les mesures de GCT, l’analyse statistique n’a montré aucune différence significative entre les systèmes. Ainsi, le GCT estimé par le capteur Stryd semble valide, du moins à vitesse sous-maximale (de 8km/h à 19km/h).

4. Raideur de la jambe

Enfin, aucune différence significative n’a été observée entre les valeurs de LSS rapportées par le capteur Stryd et les plateformes de force, constantes malgré l’augmentation de la vitesse de course.

Etude_Stryd_Résultats

Conclusion

Le capteur de puissance Stryd s’est montré valide et fiable pour les mesures de temps de contact et la raideur de la jambe. En revanche, il semblerait que les puissances mesurées ne correspondent pas à la puissance mécanique externe (étant considérablement sous-estimée), mais à une puissance intégrant à la fois les dimensions mécaniques et métaboliques. Bien que le rationel sous-jacent à cette mesure reste à être précisé, l’utilisation de tels capteurs peut s’avérer d’intérêt pour quantifier l’effort à intensité sous-maximale, en s’inscrivant dans un processus de monitoring et de programmation de l’entrainement.

 

 

Etude_Styd_Conclusion

 

Pour en savoir plus sur cette étude n’hésitez pas à consulter l’article complet ci-dessous :

Article Original : Imbach, F., Candau, R., Chailan, R., & Perrey, S. (2020). Validity of the Stryd Power Meter in Measuring Running Parameters at Submaximal Speeds. Sports, 8(7), 103. doi:10.3390/sports8070103

Infographies réalisées par HelpMyResearch.

Découvrez nos offres de valorisation de la data dans le sport ! Nous vous accompagnons dans la gestion de vos données et apportons notre expertise métier dans le domaine du sport.

Coupe du monde de rugby : analyse des performances

Coupe du monde de rugby : analyse des performances

La Coupe du Monde en chiffres La coupe du monde de rugby 2023 s’est achevée par le sacre de l’Afrique du Sud. Après avoir fini 2e de son groupe, elle a remporté tous ses matchs de phase finale d’un point ! Il est désormais temps de faire un bilan sur cette édition....

La science des données au cœur de la mêlée

Aperçu des performances des équipes avant le dernier carré de la compétition   Une professionnalisation qui ne laisse plus de place au hasard ?  L’utilisation et l’analyse de la donnée dans le sport est devenue à ce jour incontournable. Exploitée comme une...

Outils de collecte et utilisation de la donnée

Outils de collecte et utilisation de la donnée

Un indicateur devient la star d’une conférence de presse Après un match en 2017, Arsène Wenger fut le premier à employer le terme "d’Expected goals" (xG) en public. Alors que son équipe venait de s’incliner 3-1, ses propos ont marqué le début d’une nouvelle ère. Cette...